Le site de Sindibad
Le fascisme est un long fleuve tranquille

APPEL A MOBILISATION GENERALE

Communiqué des "Sans Rien"
dimanche 25 mars 2007

C’est une nouvelle société qui se met en place. le contrôle social s’organise, de plus en plus répressifs, tout cela est totalement illégitimes au regard du service public dont la mission est d’offrir un traitement égalitaire et solidaire. Le rapport sur les troubles du comportement, illustrée par un récent rapport de l’INSERM, correspond à un véritable projet de formatage où toute révolte devient illicite.

Nous, sommes tous, plus que jamais concernés !

Ce document est libre de droit ; il peut être photocopié, distribué, discuté, commenté, publié, lu, crié, hurlé, pleuré, illustré, encadré, mais pas modifié.

APPEL A MOBILISATION GENERALE

Nous sommes désignés, nous, les précaires ; population la plus fragilisée socialement ; comme seul coupable et seul responsable de notre situation, individuellement et collectivement.

Ils l’ont dit……….Mais c’est bien sur…..

Ce gouvernement tend à nous dresser les uns contre les autres et à nous détourner des vrais responsables ; ……eux.

Diviser pour mieux régner…….un vieil adage, toujours d’actualité.

Fichage et profilage des individus, utilisation de la biométrie, de la vidéosurveillance,

Traitement informatique et croisement de données et d’informations sociales.

De quoi avoir peur…….vraiment peur….

Après avoir convoqués les Sans Papiers, avoir relevé leurs adresses, demandé les lieux ou les enfants étaient scolarisés, pour mettre en place une procédure de « régularisation », il est facile à la police de faire du « ramassage scolaire », certains s’essayent même aux resto du cœur ou il proposent leur transport collectif et gratuit aux SansPapiers, jusqu’au centre….de rétention.

Les aides sociales, éducatives, administratives sont remplacées par des sanctions, et certains pouvoirs de sanction relevant jusqu’ici de l’autorité judiciaire sont transférés à des autorités administratives, tel que les maires.

La misère, la précarité, sont devenus des délits.

La délation est encouragée à longueur d’instructions ministérielles.

On impose à la police une plus grande « rentabilité » dans la répression du mouvement social.

Des mesures contraires aux droits sociaux et aux libertés, à Bordeaux la Mairie à portée plainte contre une bénévole, accusée de maintenir un camps de tente en centre ville, de dégradation, alors qu’elle ne faisait qu’apporter du lait et de l’eau potable aux SDF chaque matin !

Les professionnels se trouvent ainsi confrontés au changement de nature de leur mission ; certains ont pour ces raisons, donnés leurs démissions.

Du service public, il ne reste que le nom.

Au lieu d’aider les sans emplois à concrétiser un vrai projet professionnel, les agents de l’ANPE doivent leur imposer n’importe quel emploi, à défaut……… les radier.

Au lieu de jouer leur rôle de formateurs, les enseignants doivent accepter que soient expulsés les élèves étrangers dont les parents sont sans papier……ou accepter d’être hors la loi.

Au lieu d’installer l’électricité, on demande aux agents d’EDF d’en priver les familles démunies ; à défaut rentrer dans la résistance tel les Robins des bois bordelais.

Au lieu d’accompagner les personnes en difficulté, les malades, les handicapés, à assumer leur vie et celle de leur famille le plus dignement possible, les travailleurs sociaux, les psychiatres et les psychologues doivent les dénoncer au maire ou au procureur de la République, à défaut …..être sanctionnés.

Alors qu’ils sont là pour soigner, les médecins doivent réduire à tout prix les arrêts de travail, à défaut être dénoncé et sanctionné par la CPAM.

C’est une nouvelle société qui se met en place. le contrôle social s’organise, de plus en plus répressifs, tout cela est totalement illégitimes au regard du service public dont la mission est d’offrir un traitement égalitaire et solidaire. Le rapport sur les troubles du comportement, illustrée par un récent rapport de l’INSERM, correspond à un véritable projet de formatage où toute révolte devient illicite.

Nous, sommes tous, plus que jamais concernés !

Des collectifs locaux existent pour résister à cette politique :

Collectifs anti-délation,

Collectifs de travailleurs sociaux

Collectifs contre les violences policières,

Contre la video-surveillance,

Collectifs de défense des étrangers, Collectif logement santé ; le Réseau éducation sans frontière

J’en oublie forcément, pardon…..

N’est il pas temps de se rassembler pour agir ensemble ?

DEVENONS DES RÉSISTANTS,

Simplement, parce que nous souhaitons le respect de la constitution et des lois,

Simplement parce que demain nous pouvons nous retrouver sans emploi, ou malade, ou handicapé, et sombrer, en entraînant notre famille, pour très vite entrer dans la grande précarité, et parfois pour les plus faibles d’entre nous, la rue.

Pour vous, pour nous, pour nos enfants, pour toutes les raisons citées ici, il est grand temps, de se montrer, de dire et de dénoncer.

Rejoindre les SansRien, réseau de résistance contre la misère et la précarité,

N’est pas un engagement politique, c’est beaucoup plus que cela, un véritable engagement humain.

Nous sommes onze millions et demi de précaires, nous avons les moyens d’exiger le recul de certaines mesures, et l’application d’autres mesures, plus constructives celles-ci ; et répondants à de vrais besoins et attentes, exiger qu’enfin l’ont nous entendent, ne sommes nous pas des citoyens ? Notre carte d’électeur à le même poids, le même valeur que celle du président lui-même.

Il nous faut prendre la parole, il nous faut mettre les politiques devant leurs responsabilités,

Il nous faut dire, dénoncer, être impudique, pour que chacun sache enfin, la réalité de notre quotidien, et que l’ont arrête de nourrir les gens, vous, de clichés nauséeux.

Même si nous pouvions arriver au plein emplois, cela ne réglerait pas l’ensemble des problèmes liés à la misère et la précarité, sans parler des travailleurs précaires, cela changera t’il quelque chose dans la vie des malades, des handicapés, des personnes âgées vivant avec le minimum vieillesse ?

Et pour les personnes qui subissent la rue, depuis, 1, 2, 3 ans et plus qui sont destructurées, qui pour beaucoup ont des problèmes d’addictions sévères, croyez vous qu’elles soient aptes à retravailler sans transition ? Aptes à intégrer un logement sans accompagnement, sans structures sociales et sanitaires ?

Aidez nous, soyez notre porte voix, seuls nous ne sommes rien, ensemble nous pouvons tout.

Photocopiez et tractez ce document et encouragez d’autre à le faire, faites signer des pétitions, demandez des lettres de soutien ; etc.

Demander à vos élus de nous rencontrer et de s’engager dans cette lutte à nos côtés, officiellement et publiquement, devant vous médias locaux et nationaux ; et en cas de refus, faites le savoir, nous dresserons une liste que nous publierons et distribuerons aux portes des bureaux de vote.

Pour les SansRien ; Fabienne Jouvet

Contact : 0664241028

SansRien33@aol.com


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 181369

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site De battre le pavé, mon coeur s’est relancé..   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License