Le site de Sindibad
Maudite Gaza

Oui, nous avons perdu l’estime du monde !

mardi 19 juin 2007

Oui, le Hamas a commis un coup d’état en renversant une autorité fantomatique, mais l’aile américaine du Fatah ne s’apprêtait-elle pas à organiser le renversement du gouvernement légitime du Hamas ? Les américains n’étaient-ils pas entrain de mettre en place et d’entraîner dans les pays avoisinants, une force armée palestinienne de 10 000 hommes chargée de prendre le pouvoir à Gaza et d’en finir avec le Hamas ?

Oui, nous avons perdu l’estime du monde !

[Cet article est la traduction an arabe d’un éditorial de Abd-Al-Bari Atwane directeur de Al Quds Al arabi, publié le 18 juin 2007.]

Les derniers évènements qui viennent de se dérouler à Gaza ont montré que les Palestiniens ont perdu la sympathie que les nations étrangères manifestaient à leurs égards. Aux yeux du monde, les palestiniens apparaissent désormais comme des barbares, manquant de toute culture de dialogue ou de débat politique.

Comment après toute la sauvagerie des crimes commis à Gaza, pourrions nous défendre notre cause auprès des médias arabes ou occidentaux et dénoncer les crimes israéliens ?

Qui parmi nous, pouvait imaginer un instant qu’on verrait des Palestiniens jeter d’autres Palestiniens vivants du haut d’un vingtième étage ? Qui pouvait imaginer que des Palestiniens se feront poignarder dans la rue par d’autres palestiniens qui traîneront, ensuite, leurs cadavres dans les rues ?

Les valeurs et les enseignements de notre religion n’ont jamais autorisé que les maisons des autres soient dévastées, pillées et brûlées, que les photos de Yasser Arafat, notre Président défunt soient piétinées, que les radios soient fermées, que les locaux du syndicat de journalistes soit envahis, que les adversaires soient liquidés, ou dénudés comme l’ont fait les israéliens avec les gardiens de la prison de Jéricho après qu’ils l’aient envahie.

Oui, il est vrai qu’une clique de Palestiniens, corrompue et liée aux israéliens et aux américains, avait pris possession de certains services de sécurité à Gaza, qu’elle a commis des assassinats et qu’elle a pratiqué la corruption matérielle et morale de la pire des façons ; mais tout cela n’excuse en rien toutes les exactions commises par le Hamas.

Même quand ces despotes corrompus étaient au pouvoir à Gaza, les radios des différentes factions de la résistance continuaient à émettre sans problème, les manifestations étaient autorisées et même protégées, parfois, par le police. Aujourd’hui, la première décision de ceux qui se sont proclamés élus légitimes du peuple, après qu’ils aient pris le pouvoir à Gaza, était de fermer toutes les stations de radio et de télévision et de pourchasser les journalistes.

La seule chose autorisée, aujourd’hui à Gaza, est de féliciter la nouvelle junte pour ces réalisations et pour avoir débarrassé Gaza de ces chefs corrompus.

C’est de notre droit, nous qui avons toujours été à coté de la résistance palestinienne, nous qui avions dénoncé la corruption, la politique israélienne et américaine à l’égard du peuple Palestinien, ainsi que toute atteinte aux droits historiques de notre peuple ; de dire notre opinion devant ce triste spectacle que nous regardons sur les écrans de télévision du monde entier. Les images ne mentent pas.

Nous aurions espéré que les militants du Hamas se comportent comme les hommes du Hezbollah et son leader Nasrallah. Ce parti et ses hommes n’ont jamais, même aux pires moments de la confrontation avec l’ennemi israélien, tué un opposant, ni pillé sa demeure, ni envahi des bâtiments officiels, ni arraché le drapeau national. Sans doute cela est du à une discipline et une éducation religieuse très noble qui nous manque cruellement à Gaza.

Il est sûr aussi que des exactions ont été commises, par l’autre partie, en Cisjordanie. Des locaux et des bâtiments du Hamas ont été brûlés, des militants malmenés. Mais nous avons vu aussi le vice-président du parlement législatif, un membre du Hamas, lire devant les caméras de la presse, un communiqué dénonçant le nouveau gouvernement, qu’il juge illégitime. Rien de tel, malheureusement, ne s’est produit à Gaza.

Oui nous le disons haut et fort, le gouvernement d’urgence que le Président Abbas vient de mettre en place est complètement illégitime, c’est une catastrophe pour le peuple Palestinien. Il ne fera qu’aggraver le gouffre actuel en consacrant la division du peuple entre deux gouvernements qui s’affrontent. Ce gouvernement d’urgence ne fera que renforcer le projet américain dans la région.

Certes les américains qui se sont rangés derrière ce gouvernement illégitime et non démocratique ont déjà annoncé qu’ils lèveraient les sanctions économiques qui frappent les territoires palestiniens depuis vingt mois, mais ce qu’ils souhaitent surtout, c’est d’y trouver, enfin un Karzaï ou un Maliki palestinien qu’ils pourront fournir en dollars et en armes.

On aurait mieux compris les intentions de l’administration américaine et des régimes arabes alliés, si le modèle américain qu’ils expérimentent en Afghanistan, en Irak ou au Liban, avait produit les effets escomptés. Or qu’est ce qu’on constate : un chaos généralisé, des états absents ou affaiblis, des guerres confessionnelles et un terrorisme triomphant qui attire tous les groupes extrémistes de la terre.

Ce qui se passe actuellement en Palestine est le résultat d’abord de la non reconnaissance américaine des résultats des élections démocratiques, des veto pro-israéliens, des sanctions humiliantes prises contre un peuple dont le seul tort est d’avoir élu démocratiquement, des représentants dont ni les israéliens, ni les américains ne veulent entendre parler.

Le Hamas a remporté sans aucune discussion, des élections propres et libres. Il fallait les laisser gouverner, les aider et les soutenir, mais c’est exactement le contraire qui s’est passé. Même si nous continuons à penser qu’un gouvernement sous occupation n’a aucune légitimité et que le Hamas a commis une erreur historique en entrant dans le jeu politique, car il n’y pas de démocratie sous l’occupation.

Nous pensions qu’une chance existait pour que les deux parties reprennent le dialogue et essayent de limiter les dégâts, hélas ceux du Fatah, qui ont déclaré qu’il n’est plus possible de reprendre le contact avec le Hamas, se sont rendus responsables d’une grave erreur qui démontre une étroitesse d’esprit, l’absence de raison et le triomphe des haines.

Oui, le Hamas a commis un coup d’état en renversant une autorité fantomatique, mais l’aile américaine du Fatah ne s’apprêtait-elle pas à organiser le renversement du gouvernement légitime du Hamas ? Les américains n’étaient-ils pas entrain de mettre en place et d’entraîner dans les pays avoisinants, une force armée palestinienne de 10 000 hommes chargée de prendre le pouvoir à Gaza et d’en finir avec le Hamas ?

Ce qui vient de se passer à Gaza est finalement une bonne chose pour le Fatah, car ces tristes évènements ont dévoilé les plans de certains dirigeants qui promettaient aux américains, contre des millions de dollars, que les heures du Hamas étaient comptées. Finalement, leurs armées se sont effondrées en quelques heures face aux attaques des militants du Hamas.

Refuser la victoire du Hamas à Gaza, ne signifie pas, pour autant, qu’on accepte le dictat américano-israélien, ni qu’on accepte une nouvelle invasion de Gaza, ni qu’on se résigne devant le siège imposés aux Palestiniens de Gaza, qui vise à les affamer en les privant de gaz, de nourritures et d’eau.

Répondre à cette débâcle veut dire examiner et voir ce qui s’est réellement passé et ce qui l’a provoqué afin d’en tirer les conclusions qui s’imposent : c’est-à-dire nettoyer la résistance de tous les éléments responsables de cette catastrophe et qui ont sali l’image de ce mouvement qui porte le poids de la cause palestinienne depuis plus de quarante ans. Un mouvement qui a offert à la Palestine la vie de milliers de ses militants.

Le mouvement du Fatah ne doit compter que sur lui-même. Il doit engager un renouvellement de ces cadres et faire émerger une nouvelle direction nationale qui considère que l’ennemi du peuple Palestiniens n’est pas le Hamas, mais Israël qui occupe les terres, commet les massacres et humilie notre peuple.

Article traduit de l’arabe par Sindibad


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 181369

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Bientôt la paix au Proche-Orient...   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License