Warning: strstr() expects parameter 1 to be string, array given in /home/sindibad/public_html/ecrire/inc/texte.php on line 408
Gaza : un 11 septembre sans fin - [Le site de Sindibad]
Le site de Sindibad
Les assassins

Gaza : un 11 septembre sans fin

mercredi 7 janvier 2009 par Sindibad

Gaza : un 11 septembre sans fin

Cette fois, c’est fait. Les palestiniens ont aussi leur 11 septembre. Le 27 décembre 2008 restera ancré dans la mémoire collective arabe. Pendant très longtemps on se souviendra de ces terroristes venus du ciel, larguer leurs bombes meurtrières sur des populations nues et désarmées. Cette fois aussi, les assassins sont connus. Ils sont même fiers et en promettent davantage car ils savent qu’ils ne risquent rien, ni sanctions, ni guerre, ni boycott, ni même menaces. Qu’est ce qui différencie le terrorisme d’état des israéliens de celui pratiqué par des groupes armés ? Rien, tous les deux attaquent des civils sans défense, mais à la différence des premiers, les kamikazes meurent avec leurs victimes, tandis que du haut de leurs F16, les israéliens associent la lâcheté à la cruauté.

Au onzième jour de la boucherie israélienne, les Palestiniens se ramassent à la pelle : 697 morts dont la moitié sont des enfants et des femmes, 3075 blessés et ça continue. Pendant ce temps, Sarkozy nous parle de la sécurité d’Israël. Ce sont les Palestiniens qu’on tue, et c’est Israël qu’il faut protéger. Dans quel monde vivons-nous ? Et après tout ça, ils se demandent : mais pourquoi nous haïssent ils ?

Sur France Inter, Fabrice Drouelle rappelle à chaque fois aux auditeurs que cette offensive israélienne ne vise qu’à stopper les tirs de roquettes du Hamas. Sur une autre radio, une journaliste parle d’une « incursion Tsahal à Gaza », et pourquoi pas « excursion à Rafah » !

Pendant combien de temps va-t-on nous servir ce mensonge ? Qui aura un jour le courage de nous dire le nombre de morts israéliens tués par les « roquettes du Hamas » depuis 5 ans. Une dizaine tout au plus quand Israël tue 200 civils Palestiniens en quelques minutes. Le Hamas a rompu la trêve, mon œil. Durant les trois derniers mois qui ont précédé la boucherie, pas moins d’une vingtaine de Palestiniens assassinés par l’armée de « Défense » israélienne. Deux ans de blocus, d’enfermement et de siège de 1.5 million de Palestiniens, n’est ce pas une violation de la trêve par Israël.

Qui pourra contester que depuis que le Hamas est au pouvoir à Gaza, il n’y a jamais eu aussi peu d’attentats, ni de roquettes tirés sur Israël ? Le soir précédant le début de la boucherie israélienne de Gaza, les téléspectateurs israéliens ont vu leur ministre de la Défense Ehud Barak sur le plateau d’une populaire émission satirique à la télévision, où il était épinglé sur son avenir politique. A une comédienne qui se payait sa tête dans un sketch, en écartant toute chance pour lui de retrouver son ancien poste de Premier ministre à l’issue des législatives anticipées du 10 février. Barak n’avait répondu que par un sourire énigmatique, que son directeur de campagne avait par la suite interprété comme signifiant : "Attendez, vous verrez".. Et on a vu la suite.

Il était écrit qu’à chaque fois que les électeurs israéliens sont appelés à voter, les Palestiniens devaient mourir. Telle est l’essence de la démocratie israélienne, le peuple d’Israël votera pour celui qui fera couler le plus de sang palestinien. Pérès a fait plus fort que Rabin. Netanyahou a fait plus fort que Pérès, Barak a fait plus fort que Netanyahou, Sharon a fait plus fort que Barak, Livni et Barak veulent faire encore plus fort que Sharon.

Dans la course au vote des électeurs, Livni et Barak savent que l’avantage sera à celui qui fera couler le plus de sang palestinien. L’hiver sera rude pour les Palestiniens de Gaza, mais les assassins dormiront en paix. Ils sont sûrs de leur impunité. Une condamnation de la Ligue Arabe ? Des Nations Unies ? Des organisations des droits de l’homme ? Laissez moi rire. Si les Palestiniens étaient noirs, et que leurs bourreaux étaient des descendants des hollandais ou des anglais, la communauté internationale aurait déjà organisé le boycott des occupants et aurait traduit ses dirigeants devant les tribunaux internationaux pour crimes contre l’humanité. Mais les Palestiniens ont eu le malheur ou la malchance de se faire occuper, coloniser, assassinés, emprisonnés, affamés et assiégés par les descendants des rescapés du génocide commis par les nazis. L’Europe éternellement culpabilisée ne lèvera pas le petit doigt pour défendre les Palestiniens. Les 227 victimes arabes de la boucherie du samedi 27 décembre 2008 ne sont pas seulement les victimes de leurs assassins israéliens, elles sont aussi les victimes indirectes du génocide juif. Hitler continue encore de tuer.

Israël sait qu’il a carte blanche pour faire ce qu’il veut en Palestine. Il y a quelques semaines, la Communauté Européenne présidée par la France, sans doute pour le remercier pour tout le bien qu’il apporte aux peuples du Proche-orient, lui a quasiment octroyé le statut de membre à part entière, sans la moindre contrepartie. On peut reprocher à Sarkozy de ne pas avoir tenu ses promesses aux Français, mais on ne peut pas dire la même chose s’agissant des Israéliens. Sarkozy a promis d’être le Président ami d’Israël et il a tenu parole.

Message d’amitié reçu cinq sur cinq par les assassins. Ce matin du 27 décembre, ils ont envoyé plus de 60 avions remplis de plus de 100 tonnes de bombes pour les déverser sur une population affamée, enfermée, sans protection et sans armes. L’heure du largage des bombes a bien été choisie. Le carnage est garanti à l’heure de sortie des écoles, mais pas seulement, les avions vont bombarder une seconde fois des cibles déjà touchés et où les civils et les secouristes étaient déjà rassemblés pour sauver les blessés et les rescapés. Dans un quartier populaire, une famille entière a été décimée. Huit enfants palestiniens ont été pulvérisés dans un centre de l’UNRWA. A Jabaliya, les pilotes israéliens ont réussi l’exploit de déchiqueter deux sœurs de 8 et 10 ans qui circulaient à bord d’une charrette tirée par un âne. Il n’y a pas de doute.

Hier, les assassins israéliens ont bombardé une école de l’ONU où s’étaient réfugiés des civils Palestiniens. Les assassins ne pouvaient pas les rater, une cible bleue, bien marquée au sol au cigle de l’ONU, 43 personnes sont massacrés, dont une majorité d’enfants.

France Info, 7 janvier 2008. Journal de 8 h 00. Pas un mot sur le carnage. Circulez, y a rien à voir.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 181369

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Résistances   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License