Warning: strstr() expects parameter 1 to be string, array given in /home/sindibad/public_html/ecrire/inc/texte.php on line 408
"Importer" le conflit de Gaza en France. De quoi parle-t-on ? - [Le site de Sindibad]
Le site de Sindibad

"Importer" le conflit de Gaza en France. De quoi parle-t-on ?

Par Esther Benbassa
lundi 19 janvier 2009

"Importer" le conflit de Gaza en France. De quoi parle-t-on ?

Par Esther Benbassa, sur Rue 89 le 18/01/2009

L’offensive terrestre d’Israël dans Gaza a remis à l’ordre du jour la fameuse question de « l’importation » sur le sol français du conflit israélo-palestinien. La dualité juifs-musulmans s’est immédiatement installée dans l’esprit des politiques et dans les médias. Et nous voilà entrés de plain-pied dans une guerre des religions. Un schéma classique en France, lié à son histoire aussi bien avec les juifs qu’avec les musulmans. Comme si les deux religions s’affrontaient, et pour quoi faire ?

Les religieux, pompiers des temps de tension ?

Les poignées de mains entre imams et rabbins viennent couronner cette vision de la société qu’ont les pouvoirs publics et qui relève de leur obsession du « communautarisme », que finalement ils renforcent par leurs actes et leurs discours.

On ferait sans doute mieux de développer de vraies campagnes d’information et de formation dans les poches où les frictions se développent avec le plus de facilité. On préfère cependant attendre la dernière minute pour dénoncer les heurts et demander aux religieux de jouer les pompiers.

Or les religieux n’ont rien à voir dans cette affaire. Une guerre se déroule au Moyen-Orient entre Israël et le Hamas. Le peuple palestinien paye le prix fort. Israël aurait pu au moins éviter l’offensive terrestre et se contenter de l’aérienne pour dissuader –éventuellement– le Hamas de lancer ses roquettes.

A supposer qu’une telle « dissuasion » puisse fonctionner vraiment et durablement. Il n’y a pas de guerre juste, il y a les vies des hommes, des femmes, des enfants confrontés à la douleur et à la mort. Les Palestiniens sont entre le marteau et l’enclume, démunis devant un Fatah affaibli, des pays arabes impuissants, une armée israélienne surpuissante et un Hamas arrivé au pouvoir d’abord par les urnes mais dont la légitimité politique a toujours été niée.

Qui n’a pas le sentiment que le vrai motif de cet affrontement –résistance des uns, autodéfense des autres– est surtout électoral et clientéliste, d’un côté comme de l’autre ?

L’engagement sécuritaire fait gagner les élections, on en a l’expérience en France. Si 91,4% des Israéliens trouvent cette guerre juste et se disent fiers de leur armée, Richard Prasquier, le président du Crif, affirme [1] que 95% des juifs de France la soutiennent. Le grand rabbin de France lui-même ne s’est pas ménagé pour signifier son adhésion à la cause.

La déclaration de M. Prasquier n’est peut-être pas totalement fausse, mais elle tombe à pic pour donner un coup de pouce à la propagation d’un antisémitisme qui n’avait nullement besoin de ça et dont tous les ingrédients se trouvent par ailleurs réunis : crise économique, affaire Madoff, guerre à Gaza…

L’argent et le sang, du pain béni pour les antisémites. Que Madoff ait ruiné d’autres juifs et que tous les juifs du monde ne soutiennent pas ce que fait l’armée israélienne à Gaza n’y change hélas rien. Cette confusion entre juifs et Israéliens, comment y échapper si le Crif la cautionne ?

Il reste les 5%. Mais qui sont-ils ? Leurs voix ne comptent-elles pas ? Une seule voix qui s’élève contre les tueries devrait pourtant compter bien plus que ces 95% à qui on n’a sûrement pas demandé grand-chose et qui soutiennent Israël pour des raisons affectives.

Ceux-ci, si on leur parlait face à face, n’admettraient probablement pas qu’on tue à Gaza des enfants, des vieillards, des simples gens qui cherchent à nourrir leur famille et à la protéger.

Etre juif et soutenir les Palestiniens

Nous sommes peut-être une poignée, mais nous sommes déchirés entre notre attachement à Israël, notre opposition à sa politique actuelle et notre soutien à la cause palestinienne. Notre impuissance à faire cesser cette guerre, à stopper le carnage, à obtenir qu’on discute avec le Hamas, le Fatah, les puissances européennes, et qu’on emprunte enfin la voie diplomatique jusqu’à ce qu’on trouve une solution viable pour un Etat palestinien, nous plonge dans le plus grand des désespoirs.

Aussi parce que, pour ne parler que de mon entourage et de moi, nous n’avons pas le cœur de défiler [2] là où l’on s’en prend globalement aux juifs, où l’on établit une équivalence entre croix gammée et étoile de David, pas plus que de manifester devant l’ambassade d’Israël avec nos frères juifs.

Moi, être humain choqué par la souffrance des Palestiniens, et qui connaît par les récits de famille et par mon expérience d’historienne des juifs ce que mon peuple a souffert, je ne peux pourtant pas fermer les yeux.

Ce n’est guère par pacifisme que je dis : « Arrêtez, ça suffit. » Je le dis parce que je ne veux pas porter sur ma conscience le poids de tous ces civils morts et parce que trop, c’est trop. Cette guerre est devenue sale, si elle a jamais été « propre ». J’ai mal, mais je ne veux pas non plus qu’on m’attaque parce que je suis juive.

Je peux crier, dénoncer et même pleurer, mais je ne suis pas responsable de cette guerre et de ses morts. Leurs images, le peu que j’ai vues, je les porte en moi, comme ces photos de famille qui ne vous quittent jamais.

Antisémitisme et islamophobie

Tout compte fait, on ne peut pas reprocher aux Arabo-musulmans de s’identifier à l’opprimé. Le conflit israélo-palestinien n’est pas « importé ». Il est là depuis de longues années et ce n’est pas le fameux dialogue interreligieux qui règlera les problèmes.

L’hostilité entre juifs et musulmans après la Seconde Guerre mondiale est liée à la naissance d’Israël et à la décolonisation. C’est l’histoire, et c’est ainsi. Ces événements vont provoquer de grandes vagues d’émigration juive vers la France, Israël et le Canada. Mais ce à quoi nous assistons depuis la seconde Intifada en France et en Europe –la montée de l’antisémitisme–, est lié aussi aux problèmes inhérents aux pays européens et en l’occurrence à la France.

S’il y a identification à l’opprimé de la part de ceux qui sont discriminés au quotidien, y compris lorsqu’ils sont nés sur le sol français, voilà qui ne peut qu’encourager le rejet du juif qui lui fait partie, même démuni et pauvre, des « intégrés ».

Je ne sache pas qu’on arrête les juifs pour contrôler leurs papiers d’identité. Mais un Arabo-musulman ou un Noir, oui, ça se voit tous les jours. Certes, tout cela disparaîtra dans quelques décennies. Mais aujourd’hui, en période de crise économique, ces inégalités de traitement sont vécues avec plus d’acuité encore et le juif, confondu avec l’Israélien, devient le réceptacle des colères, des rejets, des injustices, des rancœurs.

Ce comportement est certes irrationnel, mais l’antisémitisme a été plus souvent un rejet irrationnel qu’une idéologie structurée. Il n’est d’ailleurs pas assuré que l’antisémitisme aujourd’hui soit seulement le fait des populations opprimées, on le retrouve aussi bien chez l’extrême droite que chez de bonnes gens qui prennent prétexte de ce qui se passe à Gaza pour déverser leurs idées antijuives en les habillant d’oripeaux justificateurs nouveaux. Gaza, le détonateur est là, et le feu peut embraser les esprits.

Une pédagogie de l’apaisement

Faisons un tri pour comprendre l’antisémitisme et l’islamophobie qui, de surcroît, progressent de concert ces jours-ci. Au lieu de jouer aux pyromanes, mettons en place une pédagogie active ne serait-ce qu’à l’école afin d’expliquer ce qu’est un juif, un Israélien, un immigré, un Arabo-musulman, créons des clubs de jeunes –de ceux-là mêmes qui s’affrontent dans l’ignorance– qui les réunissent autour d’activités de loisirs, des centres aérés sur le même modèle, organisons des rencontres de parents appartenant aux différents groupes de la société française pour entamer un rapprochement, élaborons des outils pédagogiques ayant d’autres thèmes que le conflit israélo-palestinien ou la Shoah et qui relatent aussi une histoire riche de partages.

Les initiatives peuvent être nombreuses et ne pas partir seulement de ce qui nous oppose et nous divise.

Commençons par éviter de jouer de terminologies trop connotées et impropres pour rendre compte des souffrances du peuple palestinien. L’expression, par exemple, de « génocide du peuple palestinien » crée une symétrie trompeuse avec le génocide des juifs et ne fait pas mieux comprendre sa situation d’aujourd’hui.

Au contraire, elle détourne du problème, au lieu de faire avancer le débat. Finissons-en avec la comptabilité des graffitis et les prises de position à la va-vite, faites sous le coup de la colère et de l’indignation parfois juste. Lorsque des centaines de Palestiniens ont été tués (tous n’étaient pas des terroristes), dénonçons avec plus de pondération l’antisémitisme, certes impardonnable. Ce dernier ne peut pas couvrir les morts de Gaza.

Dire qu’on « importe » le conflit sert à justifier qu’on se gargarise tant sur l’antisémitisme. Si d’autres guerres intéressent moins le monde chrétien que celle entre Israéliens et Palestiniens (« juifs et musulmans »), c’est aussi parce que ce même monde chrétien a ses racines religieuses dans cette partie du monde. Qu’on soit pratiquant ou pas, on n’oublie pas que Jésus est né et mort là-bas.

Gaza est devenu le symbole des opprimés, des laissé-pour-compte, des faibles et des discriminés. Non seulement cette guerre renforce les identités des uns et des autres en raison de leur soutien aux Israéliens ou aux Palestiniens, mais elle remplit un vide, celui d’une société individualisée, sans attache à des partis, sans revendications claires, consumériste, qui se cherche des ancrages.

Ces grandes manifestations dans le monde pour soutenir les Palestiniens en sont l’illustration. Elles sont la preuve aussi qu’on a besoin de grandes causes. Sans tomber dans les dérives habituelles, après tout ce que l’humanité a vécu dans ce XXe siècle meurtrier, se révolter pour défendre ceux qui pâtissent des stratégies politiques aussi bien du gouvernement israélien que du Hamas honore, quoi qu’on dise, ceux qui en sont encore capables.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 181369

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Résistances   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License