Le site de Sindibad

Compte à rebours pour une nouvelle guerre contre Gaza

Par Samira Quraishy
vendredi 15 janvier 2010

Ces deux dernières semaines, dans le même temps que le Middle East Monitor (MEMO) épinglait le coût humain de l’opération « Plomb durci », Israël a intensifié ses frappes aériennes contre des cibles civiles dans la bande de Gaza, tuant à nouveau un certain nombre de Palestiniens et provoquant en outre des dégâts considérables. Les médias et les analystes militaires dans la région ont clairement constaté des types d’activités suggérant que la puissance d’occupation, Israël, préparait le terrain pour une nouvelle offensive majeure dans la bande de Gaza.

Compte à rebours pour une nouvelle guerre contre Gaza

Par Samira Quraishy sur le site de Michel Colon

Comme ce fut le cas lors de l’attaque précédente, il y a un an, l’occupant interprète à nouveau le mutisme régional ou international comme un « feu vert » à sa prochaine opération.

Que se passe-t-il ?

Les attaques actuelles contre la bande de Gaza sont toutes dirigées sur des zones civiles. D’autres objectifs comprennent les positions de la résistance palestinienne.

1er janvier 2010 : l’aviation israélienne a bombardé deux tunnels dans la bande de Gaza. Les Palestiniens dépendent des tunnels pour la nourriture, les médicaments et autres produits dont ils ont besoin. En raison du blocus illégal imposé par l’occupant, les tunnels sont devenus leur principale bouée de sauvetage pour leur survie.

2 janvier : deux chars ont tiré des obus dans la zone située à l’est et au nord-est du quartier de Shuja’iyya de Gaza City, alors qu’en même temps, d’autres chars lançaient toute une série d’obus sur les quartiers de Shuja’iyya et de Touffah.

5 janvier : un raid aérien israélien touchait un groupe de combattants de la résistance palestinienne à Khan Younis, dans le Sud de la bande Gaza, tuant une personne et en blessant quatre autres.

7 janvier : les forces d’occupation israéliennes (FOI) attaquaient la zone frontalière de Rafah, tuant trois Palestiniens, dont un garçon de 14 ans. Des frappes aériennes accompagnées de fortes explosions ont également eu lieu contre Gaza City, Khan Younis et Rafah. Un peu plus tôt, l’aviation israélienne a largué des milliers de tracts au-dessus de Gaza, avertissant la population de se tenir loin de la frontière avec Israël et d’éviter d’intervenir dans toute forme de « contrebande ».

8 janvier : les forces israéliennes ont effectué des exercices militaires de grande envergure dans le Néguev et la chaîne nationale Channel 10 a fait savoir qu’il s’agissait des préparatifs d’une offensive militaire contre la bande de Gaza.

10 janvier : une frappe des Forces israéliennes de défense (FID) à l’est de Deir Al-Balah a tué trois Palestiniens et en a blessé quatre autres.

Comment les opérations seront-elles menées ?

* Les médias israéliens, citant des responsables de l’armée, disent que les FOI se préparent à infiltrer, puis envahir des zones à forte densité de population et qu’elles vont recourir à leurs équipements sophistiqués afin de cibler les missiles à courte portée utilisés par la résistance.

* Les mêmes sources confirment que les récents exercices ont été menés avec les nouveaux appareils numériques installés sur les chars Merkava, ce qui permet aux soldats des diverses unités de suivre les troupes sur le terrain dans les zones à forte densité de population.

Pourquoi maintenant ? Diverses explications possibles :

* Le gouvernement de Tel-Aviv est la proie d’une crise politique et diplomatique causée par l’isolement international croissant d’Israël.

* On assiste à un rejet et un courroux croissants contre la politique d’occupation, entre autres, l’expansion des colonies juives, les démolitions de maisons à Jérusalem et la profanation des lieux saints islamiques et chrétiens de la ville.

* L’envoyé spécial américain au Moyen-Orient, George Mitchell, a récemment menacé de suspendre les garanties de prêt afin d’exercer une pression sur l’occupant et de le contraindre ainsi à mettre un terme à ses activités illégales de peuplement. Cette démarche des États-Unis, le principal allié d’Israël, est un reflet de l’ampleur du mécontentement international et de l’opposition à la politique d’occupation.

* Netanyahu n’est pas parvenu à ramener Mahmoud Abbas à la table des négociations, ce dernier s’obstinant à affirmer qu’il ne pourra y avoir d’avancée sans que soit mis fin à la politique d’expansion des colonies.

* Les tout récents préparatifs militaires coïncident avec les allégations israéliennes disant que le Hamas s’est procuré des missiles susceptibles de frapper les brigades d’artillerie israéliennes.

Ce qui en résulte

L’un dans l’autre, Israël est devenu une énorme source d’embarras et de responsabilités, pour les gouvernements occidentaux qui ont soutenu son occupation militaire durant plus de quatre décennies. Tous ceux qui sont perçus comme de proches alliés d’Israël, comme le Royaume-Uni et les États-Unis, estiment que cette source d’embarras constitue un point extrêmement sensible en même temps qu’une tache sur leur image internationale, en particulier à un moment où ils ont le plus besoin de l’appui international dans leurs efforts en Afghanistan, au Pakistan et, tout récemment, au Yémen.

La plupart des analystes s’accordent à dire que l’échec de l’invasion militaire d’Israël l’hiver dernier a renforcé le Hamas en tant qu’organe de pouvoir et regonflé son image tant en Palestine que dans toute la région. D’autre part, après son fiasco, Israël s’est retrouvé vilainement compromis, d’autant que le rapport Goldstone a demandé qu’on poursuive ses dirigeants pour crimes de guerre. Les ennuis d’Israël dureront aussi longtemps qu’il s’entêtera à occuper illégalement les terres palestiniennes.

Traduit par Jean-Marie Flémal pour Investig’Action

Source : Middle East Monitor


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 181369

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Bientôt la paix au Proche-Orient...   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License