Le site de Sindibad

Quand le Maroc sera islamiste, un livre de Nicolas Beau et de Catherine Graciet

mercredi 27 décembre 2006

Depuis l’avènement de Mohamed VI en 1999, le Maroc est célébré dans les médias occidentaux comme un royaume enchanté où progresseraient dans un même élan le statut de la femme, le pluralisme démocratique et l’économie de marché. Les élites françaises ne sont pas en reste pour vanter ses vertus, au point d’y acquérir de somptueuses résidences secondaires à Marrakech ou Tanger.

Depuis l’avènement de Mohamed VI en 1999, le Maroc est célébré dans les médias occidentaux comme un royaume enchanté où progresseraient dans un même élan le statut de la femme, le pluralisme démocratique et l’économie de marché. Les élites françaises ne sont pas en reste pour vanter ses vertus, au point d’y acquérir de somptueuses résidences secondaires à Marrakech ou Tanger. Mais pour d’autres, plus discrets, " la situation est dangereuse : le Maroc, c’est la Russie en 1916 ", selon les mots d’un des patrons de l’antiterrorisme en France. Où est l’erreur ? Loin des fantasmes et des simplifications, les auteurs de cet ouvrage livrent de la réalité du Maroc et des relations franco-marocaines d’aujourd’hui une vision étonnante, nourrie de révélations explosives. Grâce à des enquêtes en profondeur, ils ont eu accès aussi bien aux ressorts cachés des différentes composantes de la mouvance islamiste qu’aux secrets bien gardés de dirigeants marocains, englués dans des réseaux de corruption aux racines souvent bien françaises. Au rebours des amalgames trop faciles entre notables pieux, fondamentalistes non violents et poseurs de bombe, ils révèlent la surprenante diversité des composantes de la déferlante islamiste, nourrie de la révolte d’une population dont la moitié vit en dessous du seuil de pauvreté. Et ils expliquent, exemples à l’appui, les origines des blocages économiques et sociaux que vit aujourd’hui le Maroc, gangrené par une corruption omniprésente. Quel avenir pour le royaume, maillon faible de l’arc euroméditerranéen ? Les " scénarios " que proposent ici les auteurs montrent l’ampleur des bouleversements à venir, en Europe comme au Maghreb, du " basculement " inévitable, pour le pire ou le meilleur, de la société marocaine.

Biographie de l’auteur

Nicolas Beau, journaliste au Canard enchaîné, est l’auteur de nombreux ouvrages, dont " Paris, capitale arabe " (Seuil, 1995) et " Notre ami Ben Ali " (avec Jean-Pierre Tuquoi, La Découverte, 1999). Catherine Graciet, journaliste indépendante, collabore notamment au " Journal hebdomadaire ", premier média de la presse indépendante marocaine.

Source : www.amazon.fr


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 181369

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La bibliothèque de Sindibad   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License